Imperial Cleaning

Actualité en vidéo - Figaro Live

Après la mort d'Alexandre en B. Quelques semaines plus tard, le SS Bulgarie a accosté à Haïfa avec réfugiés juifs avant de repartir avec eux vers la Bulgarie.

Partenariat

Menu de navigation

Une décision, de la part des Russes, de montrer aux Iraniens à quel point ils sont fragiles et dépendants du bon vouloir du Kremlin, à trois jours de la rencontre tripartite Poutine-Erdogan-Rohani, prévue vendredi en Iran. Cela démontrerait en outre le très haut niveau de confiance que les Russes accordent à leurs nouveaux amis israéliens.

Une énorme confiance en soi et en leur matériel des pilotes et des stratèges militaires hébreux, qui leur permet de poursuivre leur doctrine annoncée de chasse aux Iraniens partout où ils se trouvent, même si cela doit se passer sous la moustache des Russes. Les nôtres, oscillent entre 35 et 40 morts, et pratiquement tous les autres combattants de la colonne blessés. Reste que pour véhiculer des missiles en nombre et à bon compte, on doit impérativement emprunter des voies de surface.

Au cours des deux dernières semaines, dans le silence complet de la presse française, les efforts du procureur spécial Robert Mueller pour faire tomber le Président Trump ont connu deux revers retentissants. Comme souvent dans le jeu du chat et de la souris que Mueller et Trump jouent l'un avec l'autre depuis quinze mois, le premier de ces revers a d'abord été présenté comme un triomphe pour Mueller et le signe de la fin imminente de la présidence Trump, avant de s'effondrer de manière spectaculaire.

En échange d'une réduction de peine, Cohen reconnaissait avoir enfreint les règles de financement des campagnes politiques lorsqu'il avait, peu avant l'élection, payé une ancienne maîtresse du candidat pour l'empêcher de révéler leur liaison passée. Il ajoutait qu'il avait effectué ce paiement "à la demande" du candidat.

Simultanément, des fuites apparaissaient dans la presse qui annonçaient que Cohen était sur le point de déclarer que Trump avait eu connaissance d'une réunion tenue le 9 juin à son siège de campagne entre son fils, Donald Trump Jr, et la lobbyiste russe Natalia Velnitskaya, accompagnée d'un Russe installé aux Etats-Unis, Rinat Akhmetshin.

Velnitskaya avait demandé cette réunion en promettant qu'elle apporterait des informations compromettantes contre Hillary Clinton. Mais elle n'avait rien livré de tel et la réunion n'avait eu aucune suite.

Pour les Démocrates, le grand soir était arrivé. Trump était complice d'une infraction aux règles du financement politique! Il avait eu connaissance d'une tentative d'obtenir des informations compromettantes de la part de la Russie! Clairement, le président était un délinquant, la collusion russe que l'on cherchait à établir depuis deux ans était enfin documentée.

Sa fin était proche. Alléluia au plus haut des cieux. Quarante-huit heures plus tard, il ne restait plus rien de cette euphorie. Différents juristes pénalistes avaient fait remarquer que les limitations aux contributions de campagne ne s'appliquent pas aux candidats eux-mêmes, qui peuvent contribuer autant qu'ils veulent. Donc, soit on considère que c'est Cohen qui a payé la dame pour favoriser la campagne, auquel cas il est seul coupable ; soit on considère que Trump, qui avait remboursé Cohen de ses frais, est le vrai payeur — auquel cas il n'y a aucun délit.

Simultanément, l'avocat de Cohen — Lanny Davis, un proche de la famille Clinton — allait expliquer en direct sur CNN que c'est lui qui avait fait fuiter l'histoire d'une implication de Trump dans la rencontre russe, mais que cette histoire était, tout compte fait, totalement fausse. On ne sait pas exactement ce que Cohen avait dit à son avocat pour le convaincre de rétracter ainsi une fuite qu'il lui avait probablement soufflée lui-même avant que son accord avec les procureurs ne soit officialisé.

Mais cela devait être assez convaincant pour que Davis accepte de s'humilier ainsi publiquement, plutôt que de prendre le risque de désobéir aux instructions de son client. Une fois de plus, Trump et Cohen avaient pris l'avantage dans la partie d'échecs qui les oppose à ceux qui veulent faire tomber le président. Cet épisode est d'autant plus significatif que Cohen, régulièrement mêlé aux aspects les moins publics des affaires de Donald Trump, représentait pour Mueller le meilleur espoir de parvenir à impliquer le président.

Si Trump sait jouer assez finement pour empêcher Mueller de l'atteindre à travers son porte-revolver le plus caricatural, on voit mal comment il pourrait avoir fait des erreurs plus grossières sur d'autres fronts. L'espoir de faire tomber Trump sur un scandale semble donc disparaître progressivement. Dans le même temps, la démonstration de l'existence d'un scandale Démocrate majeur, lié à la mise sous écoute illégale de la campagne Trump en octobre , progresse discrètement mais avec certitude.

Donald Trump et Robert Mueller: Pour mémoire, le FBI, sous le contrôle du Département de la Justice, avait obtenu en octobre d'une juridiction spécialisée, dite FISA Foreign Intelligence Surveillance Court [le Tribunal de Surveillance du Renseignement Etranger], de placer sur écoutes un membre important de la campagne présidentielle de Trump, Carter Page, accusé d'être un agent russe.

Les termes de la saisine de la cour FISA sont encore classifiés: On sait seulement que la saisine s'appuyait sur un rapport préparé par la société Fusion GPS, dit "Rapport Steele" du nom de son principal rédacteur, l'ancien espion britannique Christopher Steele, qui s'appuyait lui-même sur des sources russes.

Ce rapport, que l'on peut intégralement consulter en ligne à l'adresse suivante: Proposé à de nombreux journalistes à l'automne , il n'avait été publié par aucun d'entre eux, car ses accusations ne sont étayées par aucune forme de preuve. Il n'avait finalement été publié que quelques jours avant la prise de fonctions du nouveau président, par le site BuzzFeed.

Deux ans plus tard, rien n'a été retenu contre Page, qui n'a même pas été interrogé par Robert Mueller dans sa recherche effrénée d'une collusion russe.

Il a en revanche été démontré que le Rapport Steele avait été commandé et financé par le parti Démocrate et la campagne Clinton — ce qui, ajouté à l'absence totale de preuves dans le rapport, est de nature à en réduire sérieusement la crédibilité.

De plus, l'accès aux e-mails et aux conversations téléphoniques dans les dernières semaines de la campagne, permis par les écoutes FISA, a donné au Département de la Justice d'Obama, jusqu'au transfert du pouvoir le 20 janvier , un large accès aux discussions internes de la campagne, puis de l'équipe de transition de Donald Trump.

Devenu président, Trump s'est rapidement interrogé sur les conditions de cette mise sur écoutes et a demandé au Département de la Justice de procéder à une enquête.

Le responsable de cette enquête est l'inspecteur général du Département, Michael Horowitz, sous l'autorité de l'Attorney General ministre de la Justice , Jeff Sessions.

Or, plusieurs nouveaux éléments sont apparus la semaine dernière, qui indiquent que les conclusions à venir d'Horowitz pourraient être très préjudiciables aux Démocrates. Mardi 28 août, deux comités réunis du Congrès auditionnaient Bruce Ohr, qui, à l'époque de la rédaction du rapport, était un très haut responsable du Département de la Justice numéro 4 dans l'ordre protocolaire en même temps qu'un contact régulier de Christopher Steele.

Ce haut fonctionnaire a donc été régulièrement tenu au courant de la préparation d'un rapport destiné à détruire le candidat de l'opposition à l'élection présidentielle.

Ohr était d'ailleurs d'autant mieux informé que son épouse Nellie Ohr, une spécialiste de la Russie, travaillait précisément… pour la société GPS Fusion, commanditaire et auteur officiel du dossier. Cela créait une situation évidente de conflit d'intérêt: Il en aurait été de même s'il avait signalé, au moment de la saisine de la Cour FISA, que le financement du rapport par le parti Démocrate en réduisait la crédibilité. Mais il y a mieux encore. Bruce Ohr a reconnu lors de son audition qu'il évoquait régulièrement ses contacts avec Steele et la préparation du dossier GPS Fusion avec ses contacts professionnels.

Or, parmi ces contacts figurait le procureur Andrew Weissman… qui travaille désormais dans l'équipe du procureur spécial Robert Mueller. En d'autres termes, l'équipe de Mueller, qui cherche à tout prix à démontrer une collusion entre le Président Trump et la Russie, comprend un homme qui, dès l'été , était impliqué dans la préparation d'un rapport payé par le parti Démocrate pour porter contre Trump des accusations sans preuve de collusion avec la Russie.

Le complice d'un coup politique est désormais chargé, dans sa capacité officielle, de trouver des éléments pour corroborer ce coup. Le conflit d'intérêts qu'entraîne cette situation pourrait être suffisant pour mettre en pièces toute la crédibilité du travail de Mueller.

Ce n'est pas tout. Les informations données par Ohr lors de son audition comprennent un autre point essentiel. Ohr a en effet confirmé que Steele lui avait révélé que sa principale source russe sur les allégations de collusion aux dépens du candidat Trump ne vivait pas en Russie, mais était "un ancien agent de renseignement russe vivant aux Etats-Unis".

Cette révélation est absolument cruciale. Elle démontre de manière définitive que le FBI de n'était pas à la recherche de la vérité, mais de n'importe quelle accusation contre Trump. Si la source de Steele avait été basée en Russie, il aurait été quasiment impossible pour le FBI de vérifier ses dires.

Mais puisqu'elle vivait aux Etats-Unis, il était très simple de l'interroger. Or cette interrogation n'a jamais eu lieu. Le rapport Steele a été utilisé tel quel, sans plus d'analyses, pour demander la mise sous écoutes de Carter Page.

Nous ne sommes plus là dans le domaine de l'incompétence. Nous parlons d'un détournement pur et simple de pouvoirs de police afin de persécuter le candidat de l'opposition à une élection présidentielle. Le FBI d'Obama n'avait pas le temps de vérifier les dires de la source du Rapport Steele, mais il avait le temps de se concerter avec de hauts personnages du régime russe — en clair, de se rendre coupable de collusion — pour tenter d'obtenir des informations compromettantes contre Trump.

En septembre , deux mois avant l'élection, le FBI avait proposé à Deripaska d'accuser Paul Manafort, brièvement directeur de campagne de Trump, d'avoir été le lien entre le Kremlin et la campagne présidentielle du candidat. Deripaska avait déclaré que ces théories étaient ridicules et refusé de coopérer. Parce que Christopher Steele le connaissait bien. Toujours selon le même article du New York Times , entre et donc sans lien avec la campagne Trump , Steele était intervenu plusieurs fois auprès d'Ohr, qui travaillait au Département de la Justice, pour que Deripaska, privé de visa en du fait de ses liens avec la mafia, puisse retrouver le droit de visiter les Etats-Unis.

En clair, Deripaska utilisait Steele comme lobbyiste auprès du gouvernement américain. Or cette non-déclaration est un délit — précisément le délit pour lequel Mueller a fait tomber Manafort, l'ancien directeur de campagne de Trump. Nul doute que Mueller inculpera bientôt Steele, dont le rapport fut l'élément déclencheur de l'ensemble de son travail…. Aucun de ces très hauts fonctionnaires n'a fait remarquer la faiblesse de ces accusations, ni même demandé à entendre leur principale source, qui pouvait aisément être contactée.

Tous ont contribué à utiliser ce rapport sans valeur pour mettre sous écoute la campagne présidentielle d'un opposant politique, puis l'équipe de transition d'un président élu. Nous parlons là d'une conspiration criminelle d'Etat, digne de la dernière des républiques bananières.

L'inspecteur général du Département de la Justice, Michael Horowitz, est en ce moment même en train d'enquêter sur cette situation.

Comme il est plus discret que Robert Mueller, on parle moins de lui dans la presse. Personne ne sait précisément quel sera le contenu de son rapport, ni quand il le publiera. Mais le fait de mettre sur la place publique, dans un rapport officiel, tous les éléments ci-dessus, aura inévitablement un effet désastreux sur l'image de l'ancien président et, vraisemblablement, sur celle de l'équipe qui lui a succédé à la tête du parti Démocrate.

Il est trop tôt pour parler avec certitude de conséquences pénales pour les Démocrates impliqués ; mais on ne peut certainement pas l'exclure. Qui a mené le raid? Quelles en sont les conséquences? Donald Trump est, à mes yeux, moi qui ne suis pas juif mais ai un infini respect pour le judaïsme, le plus juif des présidents américains. Il est le premier président des Etats-Unis à avoir une famille juive et des petits enfants juifs: David Melech Friedman est lui-même un Juif religieux.

Mike Pence, vice-président choisi par Donald Trump, est un chrétien évangélique qui travaille depuis des années avec la principale organisation évangélique de soutien à Israël aux Etats-Unis. Mike Pence a lui aussi une famille juive qui vit en Israël. Tout cela explique aussi pourquoi Donald Trump est le plus pro-israélien des présidents américains. Il ne faisait aucun doute que Donald Trump irait plus loin encore: Que Donald Trump, dans ces conditions, soit apprécié et aimé par le peuple israélien est très logique.

Le plus juif des présidents américains ne saurait être aimé ou estimé par ces gens-là. Métula, dimanche, 09h13, 08h13 à Paris.

Mezzé se trouve à 3. La base accueille notamment le Q. On pense que cette nuit des missiles ont été tirés à partir du Golan israélien, soit par des chasseurs-bombardiers, soit à partir du sol. La partie la plus proche du Golan israélien se trouve à 40km de Mezzé. Ce dimanche matin, il semble que ce soit un entrepôt souterrain qui ait été touché. Notre camarade Michaël Béhé a pu, depuis Beyrouth, recueillir des témoignages précis, aussi bien de la part de témoins oculaires que de personnels de secours et hospitaliers.

Il subsiste encore dans quelques publications rances et confidentielles et au sein de quelques groupuscules crépusculaires. On retrouve exactement la même dérive parmi les dirigeants politiques. Le pays en question est le Royaume-Uni. Corbyn déposant une gerbe sur la tombe des assassins terroristes des athlètes. Par Sami el Soudi. Al Arouri, au Caire, au premier plan à gauche, signant un énième accord. Les alertes dans ce sens fusent à raison de plusieurs par semaine dans la bande de Gaza.

La majorité du conseil, y compris Binyamin Netanyahu, donnant son feu vert pour la poursuite des tractations. Pour le Hamas, la question se pose autrement: Sur ce point aussi, il convient de relativiser le succès des islamistes: Sur une population de 1.

Mon attachement à Israël explique aussi ce choix: Je continue à écrire en langue française, et à tenter de donner des arguments et des analyses à ceux qui me lisent. Mettre un océan entre soi, Plantu et Le Monde…. Mais son taux de change officieux — disponible en ligne sur le site bonbast. Un dollar valait encore Les investisseurs sont également inquiets par un projet de loi proposé conjointement au Sénat, le 2 août dernier, par des Républicains et des Démocrates.

Selon le seul institut de sondage indépendant de Russie résultats consultables en anglais sur www. Si ces tendances se poursuivaient, Poutine finirait par être gravement affaibli — moins par les sanctions américaines elles-mêmes que par le rejet croissant, au sein de la société russe, de la réaction de Poutine à ces sanctions.

Mais, contrairement à son prédécesseur George W. La situation la plus intéressante est celle de la Turquie. Mais, là encore, la vraie source de cette panique ne réside pas dans les sanctions américaines. Elle vient de la manière dont Erdogan a déjà commencé, et continuera presque certainement, à répondre à cette menace.

Tout en parlant du terrorisme islamique en général, Barkat pointe du doigt les actes terroristes et les agressions commises par le Hamas contre Israël. Les propos de Nir Barkat ont toute ma sympathie. Je dois ajouter que vouloir sensibiliser Merkel, Macron et May aux actes terroristes et aux agressions commises par le Hamas contre Israël est une entreprise vaine on vient de le voir encore ces derniers jours. Pour eux, le Hamas ne tue que des Juifs israéliens et ne détruit que des biens et des cultures israéliens, donc cela ne les concerne pas.

Avec Ilan Tsadik à Sdérot. Quelques minutes plus tard, deux Qassam ont explosé dans un terrain vague. Vers midi, ce vendredi, la Défense Civile a déclaré le "retour à la normale" pour les habitants du pourtour de Gaza. De quoi convaincre des miliciens islamistes de demander un cessez-le-feu.

Ceci dit, le problème reste entier et il a même tendance à se compliquer. Les tirs sur les agglomérations israéliennes ont été initiés par les factions dissidentes, qui ont tenté de faire trébucher le processus de fin des hostilités actuellement négocié avec le Caire et Jérusalem.

On compte en effet un peu moins de 40 Qassam détruits en vol, le plus grand nombre des autres explosant dans des zones inhabitées. Se contenter de frappes aériennes light, tout en laissant des factions islamiques lancer deux cents projectiles sur la huitième puissance du Globe.

Réoccuper la bande de Gaza, au risque de voir des dizaines de soldats et des milliers de Gazaouis se faire tuer. A témoin cette lettre à M. Netanyahu, signée ce vendredi matin par tous les présidents des conseils régionaux du pourtour de Gaza. Elle parle de "bousha", de honte, et de "sheket médoumé", de calme trompeur. A qui profite-t-elle exclusivement sinon aux factions islamistes de Gaza? Demain, ou même peut-être ce soir, le Hamas tronc principal, ou une des factions rivales, quand ils auront le moindre intérêt politique pour le faire, se remettront à lancer des centaines de roquettes sur Israël, ils en possèdent des milliers.

Et la population, pacifique et laborieuse du Néguev, courra à nouveau dans les abris et interrompra, pour la énième fois, le cours normal de sa vie. Au gré des miliciens. Métula, jeudi, 01h20, 0h20 à Paris. A minuit, il en était tombé Les ripostes israéliennes se poursuivent sans discontinuer.

Chemtai Lonah Salpeter, son mari et entraîneur Dan, et leur fils Roï. En , elle a épousé son entraîneur, Dan Salpeter et a ainsi acquis la nationalité israélienne.

Métula, mercredi, 23h55, 22h55 à Paris. A 22h17, au moins 36 projectiles ont été tirés ce soir par les organisations djihadistes de Gaza sur tout le pourtour de la bande côtière. Le Dôme de fer en a intercepté cinq pour le moment. Un char Merkava a immédiatement répliqué, tuant deux miliciens, en blessant quatre autres et oblitérant la plateforme.

Gaza en proie aux représailles israéliennes. En parallèle, les roquettes continuent de pleuvoir sur le pourtour de Gaza. La plupart des projectiles qui ne sont pas interceptés par le Dôme de fer tombent dans des zones inhabitées.

Ayelet Keder, la porte-parole du centre hospitalier Barzilaï, a communiqué que 9 personnes avaient subi des blessures corporelles, dont deux enfants de 13 ans et un de Tous les blessés seraient légèrement ou modérément atteints. Avec des buts précis et malfaisants.

Au-delà des descriptions, il y a les occultations. La France a choisi son camp. Puis je me suis ravisé: Netanyahu de tous ses déplacements prévus la semaine prochaine. De plus, ces bandes font monter les enchères en désobéissant intentionnellement au tronc central. Pour y parvenir, elles enfreignent les engagements pris par les dirigeants du Hamas, soit en envoyant quelques roquettes sur Israël, soit des cerfs-volants et des ballons incendiaires.

Mais ce matin encore, plusieurs cerfs-volants ont été lancés sur le Néguev, allumant des incendies heureusement rapidement maîtrisés. Il lui reste entre 1 et 2 miliciens très indisciplinés sur 30 il y a un an encore.

Yahya Sinwar, le "liquidateur" du Hamas. Il importe de préciser que ces fonctions étaient grassement rémunérées, car elles étaient les plus exposées. Maintenant que cette activité ne rapporte plus rien, on ne trouve plus de volontaires. Et ce, avec une précision diabolique. Il semble que sur ce point également, al Sissi et Netanyahu se situent sur des positions concordantes: Condamné à 30 ans de prison, Sinwar en a passé 22 dans les geôles israéliennes pour différents meurtres.

AFP confond - intentionnellement bien sûr - avec "imposer un embargo", qui signifie: Or chaque jour, c'est Israël qui nourrit à elle seule 1. Après que 3 hectares de terres cultivées, prises sur le désert, ont déjà été la proie des terroristes-pyromanes. Même Piotr Smolar, le "sympathique" correspondant du Monde à Jérusalem, a fini par comprendre que prétendre à l'existence d'un blocus israélien de Gaza participait d'une insanité philologique à caractère éminemment raciste, au service de la propagande d'une organisation terroriste islamiste génocidaire et antisémite.

Smolar oui, l' AFP naan! Ne leur dites pas que le peuple juif existe depuis des millénaires, possède une culture, une identité et une histoire, ainsi que le seul patrimoine moral qui ait imprégné absolument tous les pays de la Planète. Dans la nuit de samedi à dimanche dernier, Israël a finalisé une opération humanitaire en plein territoire syrien, dans les provinces de Deraa et Quneitra — actuellement sous le contrôle partiel de groupes rebelles sunnites, mais en voie de reconquête par les troupes gouvernementales d'Assad avec le soutien du corps expéditionnaire russe.

L'objectif de l'opération était d'évacuer un groupe de Syriens, composé de "Casques Blancs" et de leurs familles, qui se trouvaient encerclés par l'avancée des gouvernementaux et étaient considérés en danger vital immédiat.

Les Casques Blancs — officiellement "Défense Civile Syrienne" — sont une organisation de premier secours en zone de guerre et de protection civile, formée en à l'initiative de l'officier britannique James Le Mesurier. L'essentiel de leur financement est assuré par les puissances européennes depuis qu'ils ont perdu, au printemps dernier, le soutien des Etats-Unis.

La raison n'en a pas été rendue publique, mais elle pourrait être due à une certaine porosité entre le recrutement actuel des Casques Blancs et celui, naguère, de forces combattantes sunnites en Syrie. Leur doctrine d'intervention les oblige à intervenir indistinctement pour toutes les victimes, mais ils interviennent presque uniquement dans les zones tenues par la rébellion sunnite, avec laquelle ils ont inévitablement des liens privilégiés. De ce fait, ils font l'objet d'une guerre de propagande intense entre, d'une part la Russie et le régime d'Assad — qui les ont accusés de "terrorisme" et de divers crimes de guerre, sans qu'aucune preuve ait été apportée en-dehors du fait que certains Casques Blancs étaient auparavant combattants — et, d'autre part, les bailleurs de fonds occidentaux et les pays arabes, qui mettent en valeur leur activité de secours aux victimes de guerre et ont utilisé cette activité pour dénoncer les opérations militaires russo-alaouites.

Le Premier ministre Netanyahu a précisé que l'opération avait été préparée avec les Etats-Unis, le Canada "et d'autres" [la Russie. Il est vraisemblable que les pays bailleurs de fonds — France, Allemagne, Royaume-Uni — ont été mis dans le secret, même s'ils n'ont pas contribué à l'opération elle-même.

Cette opération humanitaire de sauvetage des sauveteurs a été, naturellement, dénoncée par le régime d'Assad. Tout aussi naturellement, elle a été célébrée par la Jordanie, qui a accueilli les Casques Blancs avant qu'ils ne soient transférés vers des pays donateurs, et par les puissances occidentales.

Le Foreign Secretary ministre britannique des Affaires Etrangères , Jeremy Hunt, a ainsi salué sur Twitter la contribution d'Israël et de la Jordanie au sauvetage, tout en indiquant que l'opération a été menée "à notre demande" Royaume-Uni ou, plus probablement, puissances donatrices dans leur ensemble. Des messages de remerciements similaires sont venus des gouvernements américain, canadien et allemand. Le message du Foreign Secretary remerciant Israël.

Au milieu de cette activité diplomatique, un seul des pays donateurs a envoyé un communiqué différent des autres. Il s'agit de la France.

Voici, dans sa version intégrale, le communiqué du Quai d'Orsay sur le sauvetage des Casques Blancs, publié dimanche 22 juillet dernier: Ce groupe de Casques blancs et leurs proches se trouvent actuellement en Jordanie, où ils sont pris en charge par le Haut-commissariat aux réfugiés des Nations unies. Les démarches nécessaires à leur réinstallation dans des pays tiers sont en cours.

La première remarque que suscite ce communiqué est qu'il y semble tout de même être beaucoup question de la France pour une opération où elle n'a joué strictement aucun rôle opérationnel. La mention suivante de la France signifie qu'elle accepte d'accueillir quelques familles sur son territoire. Les deux dernières sont des occasions de répéter "la France, la France", en sautant comme un cabri au moment de rendre hommage au travail humanitaire des Casques Blancs.

Si la France est citée quatre fois dans le communiqué — et la Jordanie, premier pays d'accueil, une fois — le Quai d'Orsay semble avoir fait le fâcheux oubli du pays qui a planifié, organisé et réalisé l'opération et y a risqué la vie de ses propres soldats, sans y avoir le moindre intérêt national. On est "distrait", au Quai. Que révèle cette incapacité des rédacteurs du Quai d'Orsay à remercier ou même à prononcer le nom d'Israël?

Ce ne peut pas être une question de principe: Il n'y aurait donc aucun obstacle à le citer et à le remercier dans un communiqué officiel. Ce ne peut pas non plus être une volonté de dissimuler la vérité. Le monde entier, au moment où ce communiqué a été rédigé, savait déjà qu'Israël avait mené l'opération de sauvetage des Casques Blancs. Les communiqués de ce type n'apprennent rien à personne. Ils ne sont que l'occasion d'enregistrer une position sur les affaires en cours, l'expression d'un code de bonnes manières internationales.

Il ne reste donc qu'une seule explication au comportement français. Les diplomates chargés de rédiger le communiqué, et leur hiérarchie qui l'a approuvé, ont délibérément voulu offenser Israël en excluant de la liste des remerciements le seul Etat qui a effectivement agi pour sauver les Casques Blancs, et qui a risqué pour cela la vie de ses soldats. Croit-on que le Royaume-Uni ou l'Allemagne n'aient pas des relations approfondies avec les pays musulmans?

Croit-on vraiment qu'ils aient détérioré ces relations en remerciant Israël pour avoir sauvé des musulmans en coordination avec la Jordanie? Elle est sociologique et idéologique. Beaucoup de diplomates français — pas tous, il faut le reconnaître ; mais, il faut le reconnaître aussi, presque tous ceux qui consacrent leur carrière aux affaires du Moyen-Orient — ne peuvent tout simplement pas surmonter l'idée que les Juifs ne devraient appartenir ni à la bonne société française, dont ils se réclament, ni au concert des nations ayant droit à leur Etat.

Ce préjugé antisémite, profondément ancré dans la culture majoritaire du Quai d'Orsay, a ses origines au moins autant dans l'antisémitisme traditionnel de la bourgeoisie catholique que dans les plans politiques plus ou moins foireux d'une "politique arabe". Le problème n'est pas principalement que le Quai soit pro-arabe: On y entend aussi, et souvent, beaucoup de remarques très méprisantes sur les Arabes.

Le problème est qu'une partie importante du Quai est restée une bulle temporelle sociologique, à l'écart des évolutions de la société française, que beaucoup de diplomates connaissent mal. Beaucoup de nos diplomates, au fond, se croient encore dans un salon de la bonne société en Ils en ont d'ailleurs souvent l'esprit, l'humour et la finesse. Mais enfin, dans ces salons, les Juifs n'étaient pas les bienvenus.

Par conséquent, lorsque les Juifs réussissent une opération militaire remarquable, en plein territoire ennemi, dans un but purement altruiste et au profit d'alliés de la France, on ne va pas s'humilier à les remercier. Ils ont bien travaillé, sans doute. Mais ils restent des Juifs. On ne va pas donner l'impression de se courber devant des inférieurs. Il ne s'agit pas de condamner la France dans sa totalité, ni l'administration française en général. D'autres services — en particulier la police et l'armée — se sont parfaitement adaptés à l'évolution du monde, coopèrent volontiers avec Israël et n'hésitent pas à en faire l'éloge.

Il ne s'agit même pas de condamner les diplomates français dans leur totalité. Dans d'autres services du Quai — diplomatie économique, affaires stratégiques et non-prolifération — la perception d'Israël est plutôt positive ou, du moins, largement libre de préjugés. Mais, jusqu'à aujourd'hui, la direction de l'Afrique du Nord et du Moyen-Orient que les autres diplomates appellent entre eux " la rue arabe " continue à entretenir une culture politique et sociologique d'un autre âge, où Israël est vu comme un malencontreux accident de l'histoire, la récompense excessive d'un peuple inférieur et une source de troubles sans fin dans un monde que la "sagesse française" pourrait, sans cela, contribuer à ordonner de manière harmonieuse.

Cette vision est en décalage absolu avec la réalité: Aussi longtemps que cette vision n'aura pas été éradiquée, la France n'aura strictement rien à apporter au Moyen-Orient du point de vue diplomatique. On ne peut pas être un acteur dans une région qu'on ne comprend pas et dont on méprise l'un des principaux acteurs. Mais l'éradiquer [la vision! Métula, mardi, 19h37, 18h37 à Paris. Le Soukhoï en flammes. Ces derniers jours, on constate une intensification des combats, y compris dans les airs.

Par mesure de sécurité, la compagnie en charge des Frondes de David a envoyé un nouvel intercepteur à la rencontre du missile balistique. Un OTR syrien et son camion de transport. Ce sont des missiles balistiques tactiques ils peuvent transporter des bombes atomiques de faible à moyenne portée, largués à partir de bases mobiles 9P autotractées. Ils se dirigent grâce à un système de navigation inertiel, et ils sont largement utilisés par le régime contre les rebelles.

Il en existe de trois modèles, pouvant atteindre de 70 à km. Métula 2h20, 1h20 à Paris. La technologie utilisée pour la fabrication des missiles et des produits chimiques est iranienne et nord-coréenne. Cela explique la présence sur les lieux, en plus des militaires du régime, de miliciens du Hezbollah et de Gardiens de la Révolution Iranienne, les Pasdaran. En revanche, de nombreux media syriens non-gouvernementaux font état de dizaines de morts parmi le personnel de la base. Quant aux dégâts matériels, ils sont très importants, au point que même SANA reconnaît que le raid a causé des dommages.

Pour al Mayadeen [ara. Vue panoramique des "Mamil al Difa" de Deir Mama. Au mois de juin, la jeune Susanna Feldman, quatorze ans, a été retrouvée violée et assassinée dans un faubourg de Wiesbaden.

Elle portait elle aussi une étoile de David à son cou. Au mois de juin encore, un adolescent juif écoutait une chanson en hébreu sur son téléphone en attendant un train dans une gare de Berlin. La vidéo a été largement diffusée.

Une manifestation a eu lieu à Berlin sur le thème: On peut douter que ces mesures serviront à quoi que ce soit. Par Ilan Tsadik à Sdérot. Hier après-midi, sous le couvert des émeutes organisées régulièrement par le Hamas chaque vendredi, des miliciens palestiniens armés, protégés par des boucliers humains civils, ont visé un soldat israélien. Grièvement blessé, le militaire a succombé à ses blessures. G du Hamas à Khan Younès, dans le sud de la Bande, oblitéré cette nuit.

Les blindés de Tsahal au sol ont quant à eux rapporté avoir anéanti 68 objectifs, la plupart par des tirs de chars Merkava, incluant 60 bâtiments et autres infrastructures guerrières de la milice, de même que des postes de commandement et de surveillance. Vers minuit, la balle était dans le camp du Hamas. Ce qui poussa le Hamas à diffuser le communiqué suivant, signé Fawzi Barhoum, aux premières heures de ce samedi: Un Merkava a ouvert le feu sur une position du Hamas et les miliciens ont rebroussé chemin.

Les revenus résultant des activités des Gazaouis en Israël fournissaient environ 50 pour cent des besoins de la population. La situation stratégique reste intenable. Deux de media mineurs et un du Monde , dont il fut le rédacteur en chef. Encore que pour lire celui du Monde en entier, rédigé par José-Alain Fralon, il faut payer deux euros. Etrange pratique pour un hommage, décidément, ce journal nous étonne chaque jour davantage.

Celui des radios, sur les ondes desquelles il est intervenu des centaines de fois, celui des quotidiens et des périodiques qui ont publié ses articles, des éditeurs de ses nombreux ouvrages? La faute assurément à son parti-pris résolument pro-israélien et sa dénonciation des dérives antisémites de la presse française.

Ces gens-là sont rancuniers, ils font même la guerre aux morts. Parce que Rosenzweig posait les questions qui dérangent, comme dans son ouvrage "Lettre à mes amis propalestiniens", en , dans lequel il mit nombre de ses anciens amis face à leurs inconséquences béantes. Luc était parfaitement germanophone, car son père, originaire de Pologne, était né à Berlin.

Ce qui lui permit aussi, après de brillantes études de lettres classiques à Lyon, de trouver un premier emploi comme professeur de la langue de Nietzsche avant de se lancer dans le journalisme. Il fut emmené au camp éponyme à pied. Luc me lança un regard qui signifiait: Quelques mois plus tard, Luc eut à subir une importance intervention chirurgicale, pour une affection qui mettait son pronostic vital en danger.

Je lui proposai de venir se reposer à Métula, dans le calme de notre village de montagne, qui ne va pas sans rappeler le Mont-Saxonnex par certains aspects, ne serait-ce que la similitude de leur altitude.

Au début, il ne comprenait pas le mutisme des media français quant à la Controverse et suggéra que nous nous y prenions mal au niveau de la communication. Le visionnage fut cependant organisé le vendredi 22 octobre dans les locaux de France Télévisions à Paris. Jeambar, sous la pression des journalistes de sa propre rédaction, dont particulièrement Vincent Hugueux, ne tint pas parole.

Mais Jeambar et Leconte avaient déjà publié un texte, dans les pages des lecteurs du Figaro [ Dans leurs conclusions, Jeambar-Leconte écrivaient: Nous décidons alors d'interrompre notre enquête, comme le fait la presse sur bien des sujets tous les jours".

De sa plume magnifique et légère, il pourfendait avec esprit et sans concessions, pêle-mêle, les dictateurs, les désinformateurs, les corrompus et les antisémites. A la Ména nous avions beaucoup ri de ce que Télérama nous qualifiait de "versant honorable de l'intégrisme juif". Sans que nous ne nous fâchions le moins du monde et tout en continuant régulièrement à nous consulter, à nous voir, à échanger des informations et à nous rendre des services.

A cette époque, une personne très influente, proche du président de la République française et occupant des fonctions officielles, lui aussi Maçon, avait exercé une pression incroyable sur Luc afin que la Ména cesse de publier ses enquêtes sur la participation de la France au génocide des Tutsis en Il était exclu que nous obtempérions à ce diktat, mais je ne voulais pas non plus que mon ami se retrouve coupé de son environnement de proximité et de ses sources à cause de sa participation à notre agence.

On nous avait placés devant une situation objectivement douloureuse et nous choisîmes ensemble la moins mauvaise des solutions. Nous nous étreignîmes et je le vis s'éloigner en pensent seulement: Quel beau moment nous avons encore passé ensemble! Une petite mise au point pour commencer cette analyse: Reste que les deux pays font le nécessaire pour éviter tout incident. Situation détaillée des entrepôts détruits lors des frappes.

Le front le plus préoccupant et le plus chaud pour Tsahal est actuellement Gaza, face au Hamas et au Djihad islamique. Les "pertes moyennes envisagées" par Jean Tsadik sont de militaires et de 70 civils. En témoigne le déploiement de batteries du Dôme de fer et de Frondes de David ces derniers jours aux abords de Jérusalem mercredi et de Tel-Aviv.

A la Ména, notre approche est totalement divergente. Une aberration indigne de la huitième puissance globale, et qui aurait dû être corrigée depuis très longtemps. Côté israélien, 66 soldats et 6 civils y ont perdu la vie, et personnes ont été blessées, parmi lesquelles des dizaines sont restées invalides à vie.

Cet objectif se trouve à km au nord-est de Damas, et à km de Métula frontière israélienne , dans la même direction. Selon des témoignages recueillis par Michaël Béhé à Beyrouth, le raid de cette nuit aurait visé des entrepôts contenant des armes et des munitions de cette origine.

Vue satellitaire détaillée de la base de Nayreb. Là où le Hamas se distingue est le secteur des actions. Je crois, d'après ma propre expérience, que ce que nous devenons est altéré par notre mode de vie, par notre sensibilité, et que les traits de nos visages ou nos pilosités ne sont pas moins altérés par la construction de notre personnalité et par les facteurs externes que notre résistance au froid, à l'effort, à la douleur, ou que notre musculature ou notre denture.

Je crois qu'il n'y a pas de prédestination à l'homosexualité, mais une influence du monde extérieur qui nous façonne corps et âme, et tout à la fois. Si j'ai raison la signification de ces essais serait l'inverse de celle qu'on lui donne: Pages Accueil L'événement Dossier.

Depuis une base de données de Mais l'intelligence artificielle a pu traiter près de Et que ces résultats s'inscrivent dans une situation où deux personnes sont présentées à l'IA, qui sait qu'une des deux est homosexuelle: De leur côté, les hommes gays avaient des mâchoires plus étroites, des nez plus longs et généralement moins de pilosité. Mais aussi un très mauvais côté relevé par les chercheurs, inquiets que leurs méthodes pourraient être utilisées pour détecter l'orientation sexuelle d'une personne sans son consentement.

On ne voulait pas nous-mêmes rendre possibles les dangers qu'on essaie de prévenir. C'est donc crucial d'informer les politiciens, les compagnies de technologies, et plus important encore, la communauté gay, d'à quel point les technologies basées sur la reconnaissance faciale peuvent être précises.

Suivre les mises à jour par e-mail

Share this: